Je ne te connais pas, jamais je ne t’ai vue,
Pourtant tu m’as toujours manqué.
Je me sens parfois un peu perdue,
Face au miroir mon reflet est incomplet.

Des petits bouts semblent effacés
Comme une partie qu’on aurait gommée.
Au son de ‘Belle île en mer’ je pense à toi,
A ce que tu représentes pour moi.

Comme un feu sur une étendue bleue
Des larmes bouillonnent dans mes yeux.
Te rencontrer est une évidence,
Je le sens depuis mon enfance.

Mes pensées se mettent en trêve,
Je ferme les yeux et je rêve…

En moi montent toutes sortes d’émotions
Plus intenses à chaque pas nous rapprochant,
Après l’excitation et l’appréhension,
Mon corps tout entier enfin se détend.

Je survole ton aura nuancé de bleus,
Tes coraux dessinant tes contours,
Tu m’apparais telle l’œuvre d’un peintre amoureux
Réalisant un portrait qu’il imagine depuis toujours.

Mes pieds nus se posent pour la première fois
Sur ton sable blanc caressant chacun de mes pas.
Dans ta brousse, tes racines remontent en moi,
Je suis comme ton niaouli, robuste et friable à la fois.

Ton cagou traverse devant moi,
Mais il ne s’envole pas…
Bien sûr, pourquoi donc partirait-il de chez toi ?
Ta terre m’accueille, je suis dans tes bras.

Nos histoires se retrouvent,
Les pièces s’assemblent enfin
Dans cette partie de moi que je découvre,
Je comprends qui je suis, d’où je viens.

Mon Caillou, en toi je me reconnais…
Face au miroir mon reflet est complet.