Rencontrer son enfant pour la première fois… Pour moi, c’était il y a 10 ans jour pour jour. 💕💕💕

J’ai eu beau me préparer pendant plusieurs mois, les émotions que j’ai ressenties à ce moment précis sont inexplicables et je n’essayerai pas de mettre de mots dessus car aucun ne serait à la hauteur. Mais voici ce que je peux vous dire de mon expérience…

La rencontre à l'hôpital

maman-enfant-naissanceC’est tout en douceur que ma princesse est arrivée dans ce monde. Dès lors où je l’ai attrapée et posée sur moi, je me suis retrouvée dans un autre monde, une sorte de monde parallèle, magique. C’était comme si le temps était suspendu, que les scènes défilaient au ralenti, sous un filtre joliment pastel.
Pour moi, comme pour beaucoup de parents, cette première rencontre, les yeux dans les yeux, s’est faite en dehors de la maison : à l’hôpital.

Le personnel s’occupait parfaitement de nous, on ne manquait de rien. À cause d’une pré-éclampsie (hausse de tension qui s’est déclenchée le lendemain de l’accouchement), j’ai passé 36 heures dans le service des soins intensifs, éloigné de mon bébé. Même si ça n’a pas duré si longtemps que ça, je culpabilisais et j’avais peur qu’elle se sente abandonnée. Ma fille devait être avec sa maman, mais je ne pouvais pas être près d’elle… Même si je savais qu’elle était entre de bonnes mains (elle était avec des puéricultrices qui prenaient soin d’elle et son papa était souvent avec elle), j’avais l’impression de manquer à mon rôle. Quoiqu’il en soit, je savais qu’il fallait que j’aille mieux pour pouvoir la rejoindre, alors j’ai pris mon mal en patience, j’ai accepté la situation (même si c’était désagréable), et j’ai pu remonter en chambre normale et retrouver ma princesse.

Les journées suivantes à l’hôpital se sont passés sans encombre. J’étais avec mon bébé, et c’est tout ce qui importait ! Les journées étaient très organisées (bain, repas, sieste…), je n’avais donc pas vraiment le temps de me poser de questions. Les besoins fondamentaux étaient déjà comblés.

Le retour à la maison

Après une semaine, on a pu enfin rentrer à la maison, offrir au nouveau membre de la famille un endroit chaleureux où elle pourrait se construire doucement sous nos deux regards émerveillés…

Je ne sais pas vous, mais pour ma part, je n’oublierai jamais le moment où je suis rentrée chez moi, où j’ai ouvert la porte et posé mes affaires dans le salon. Cet environnement où j’avais tous mes repères, où j’avais toutes mes habitudes, devenait alors tout nouveau, comme un terrain inconnu. Mes repères semblaient avoir disparus. J’étais chez moi, je reconnaissais ma maison, mais quelque chose était différent…

Nous n’étions plus deux, mais trois, et nous avions un bébé sous notre responsabilité, qui dépendait uniquement de nous. Je me revois au milieu de mon salon, ne sachant pas trop quoi faire, avec une avalanche de questions qui se bousculent alors dans ma tête… Toutes ces questions pouvaient se résumer à : “Et maintenant ? Comment on est censé se comporter en tant que parents ?”

C’était une perte de repère, une remise en question, une réadaptation nécessaire… Je me sentais un peu perdue comme si mon cerveau faisait une ré-initialisation : “J’ai un nouveau rôle à jouer, comment bien le remplir ? Quelqu’un compte sur moi…”

L'apprentissage au quotidien

Je me suis rendue compte qu’en faisant une chose après l’autre, en prenant le temps de faire un pas puis un autre, de segmenter les étapes, les choses se mettent en place naturellement. Petit à petit, j’apprenais et je rentrais dans mon nouveau rôle, jusque-là totalement inconnu.

Chaque instant est un apprentissage, aucun moment ne se ressemble. On veut être parfaite, mais on ne l’est pas, on fait des erreurs, mais on fait aussi de bons choix. On se questionne, on n’est pas toujours sûre de soi, mais au moins on essaye, pour cet enfant qui nous demande simplement de faire de notre mieux.

Cet enfant nous émerveille très souvent, nous agace parfois, il nous aime, nous déteste (ou du moins nous le fait croire), mais il nous apporte tellement… par ses sourires, ses larmes, ses colères, ses câlins, ses questions, ses “je t’aime”…

Dix ans après...

Dix ans après, je suis toujours une maman en apprentissage, désireuse d’apporter le meilleur à ce petit être devenu grand. Je ne suis toujours pas une maman parfaite, je fais des erreurs, mais aussi de bons choix, et je ne suis pas toujours sûre de moi. Mais je me réjouis d’apprendre encore et toujours, en étant à ses côtés chaque jour, et de savoir que mon bébé pourra toujours compter sur moi, sur sa maman qui fera toujours de son mieux, sur sa maman en apprentissage…