C’est en cherchant à aider les autres que je me suis aidée moi-même.

Durant les 30 premières années de ma vie, je ne m’étais jamais vraiment remise en question jusqu’au jour où j’ai compris que rien n’est figé, que toute personne pouvait évoluer, changer ses habitudes, ses pensées, et s’améliorer.

Le déclic a commencé lorsque j’ai voulu aider mes proches par rapport à des “problèmes” qu’ils pouvaient rencontrer. Je leur partageais le fruit de mes recherches, les choses qu’ils pourraient faire pour aller mieux… Mais en voulant les aider, j’attendais un changement de leur part. Utopie ! Ne les voyant pas changer, parfois même pas intéressé par ce que je pouvais leur partager, j’étais frustrée, pensant qu’ils ne faisaient vraiment pas d’effort. C’est alors que je me suis rendue compte que je ne pouvais pas changer les gens, que c’était un chemin personnel que personne ne peut, ni ne doit forcer. Je pouvais partager, mais je ne devais rien attendre en retour. Par contre, si une situation m’incommodait, je pouvais changer ce sur quoi j’avais la main, c’est à dire moi.

Au moment où j’ai voulu aider mes proches, je me suis mise à me renseigner un peu partout pour trouver des solutions à leurs “problèmes”: dans les livres, sur internet… Ce monde étant très vaste, j’y ai trouvé une multitude d’informations sur des sujets aussi différents que les neurosciences, la spiritualité, l’alimentation, le développement personnel… Toutes ces trouvailles m’ont permis de m’ouvrir davantage, de ne pas rester cantonnée à ce que je connaissais, et de pouvoir envisager d’autres possibilités, tout en gardant un esprit critique. J’ai beaucoup lu et beaucoup écouté, ce que je continue de faire encore. Mais j’ai aussi passé du temps à observer. J’ai observé le comportement des gens, leurs réactions, leurs relations, mais aussi et surtout… les miennes ! J’ai finalement appris à mieux me connaître et à “travailler” sur moi.

J’ai ainsi pu me détacher petit à petit de ma volonté de changer les autres. Mais j’ai pu observer une chose très importante… Notre façon d’être a une influence sur les autres. La citation de Gandhi prenait alors tout son sens:

Sois le changement que tu veux voir dans le monde !

En 2008, je suis devenue maman d’un adorable petite fille (oui oui je suis très objective en disant ça). J’avais alors la responsabilité (avec le papa, bien sûr) d’un petit être, que je devais élever du mieux possible. Au début, je pensais en terme d’éducation, tâtonnant entre rigidité et laxité. Comment être un bon parent ? Quelle est la méthode miracle pour que mon enfant soit comme ci ou se comporte comme ça ?

Mais j’ai compris, tout au long de ma phase “déclic”, qu’être parent ne veut pas dire imposer une forme d’éducation à son enfant en attendant qu’il soit comme on le veut. Être parent c’est accompagner son enfant: lui donner de bonnes bases solides pour qu’il puisse se construire, mais c’est aussi savoir s’adapter, s’écouter et se remettre en question. Si quelque chose ne semble pas fonctionner, c’est peut-être que je m’y prends mal, que je n’ai pas la bonne attitude ou que j’ai quelque chose à travailler chez moi.

Pas toujours facile de se lancer dans l’introspection… C’est pourquoi j’ai eu envie de rassembler et partager toutes les “clés” qui ouvrent la porte de notre intérieur, pour que chacun puisse apprendre à mieux se connaître, se comprendre, devenir une personne plus épanouie et devenir un bien meilleur parent !

Stéphanie