L’été, on peut avoir l’impression d’être en vacances même quand on travaille car il y a beaucoup de touristes dans les environs.

Je rentrais de mes courses, j’avais mon « super sac à roulette de mémé » plein de bons produits bio, lorsqu’une personne m’arrêta et me demanda son chemin. Je n’étais pas sûre de moi et me sentie un peu bête de peur de ne pas pouvoir l’aider, mais finalement en me refaisant le plan des environs dans la tête, j’ai pu lui indiquer qu’il était sur le bon chemin, qu’il devait prendre l’ascenseur pour monter puis redescendre la route de l’autre côté pour arriver à sa destination. Ce n’était finalement pas très compliqué. Il me remercia et poursuivit.

J’étais sur le point de repartir lorsqu’une autre personne avec ses deux enfants m’interpella du regard et d’un sourire et me demanda s’il pouvait abuser de ma gentillesse. Évidemment ! « Dites-moi… ». Il cherchait aussi son chemin. Dis donc… Deux hommes qui demandent leur chemin à une femme. Et après on dit que les filles n’ont pas le sens de l’orientation ! 😉 Bref, je le renseignai en lui donnant quelques détails qui pouvaient l’aider à ne pas se tromper et à arriver à bon port. Tout en lui expliquant je l’accompagnai sur quelques pas puisque c’était dans ma direction. Il me remercia avec un sourire généreux, je lui souhaitai une bonne journée et il partit profiter de son après-midi avec ses filles.

Ce n’était pas grand-chose, cela ne m’a même pas pris 5 minutes, et j’étais très heureuse d’avoir pu aider ces 2 personnes souriantes et agréables. Cela remplit mon vase à bonheur, et je repartis toute contente vers mon travail.

Les petits gestes envers autrui leur apportent de l’aide et procurent un sentiment de bien-être à nous-même, alors si quelqu’un vous demande son chemin, prenez 1 minute pour le renseigner. Et si vous ne pouvez pas le renseigner, vous pouvez toujours lui offrir un généreux sourire en lui souhaitant une bonne journée, ça ne coute pas plus cher !

A pieds ou en voiture, la courtoisie s’applique…

figurine-voiture-femme-autostop-courtoisieÇa me rappelle toutes ces fois où je suis dans ma voiture, ça ne roule pas très vite, le matin à l’heure d’aller bosser il y a pas mal de monde sur la route, les voitures sont à touche-touche, et les conducteurs font tout pour se dépêcher et être les premiers à passer. Pourtant la courtoisie ne va pas nous mettre en retard, et quel bonheur d’être décontractée, de ne pas pester, ni faire de grands gestes des mains pour tenter de faire comprendre à l’autre qu’il pourrait bien avancer un peu (il y a aussi des mots tout fleuris qui doivent sortir de la bouche à ce moment-là, mais heureusement impossible de les entendre à travers les voitures).

Pour s’en rendre compte, il faut essayer, alors pourquoi ne pas essayer d’être courtois aussi en voiture :

  • laissez passer une voiture qui sort d’un emplacement de stationnement
  • laissez un passage dans un rond-point pour ceux qui ne vont pas dans la même direction que nous (en plus ça allège le trafic)
  • laissez passer un piéton qui semble pressé, même s’il ne traverse pas sur un passage clouté (en plus j’ai entendu récemment à la radio qu’un piéton est toujours prioritaire même s’il ne traverse pas sur un passage clouté, alors autant le laisser passer…)

Toutes ces petites choses de courtoisie ne nous font pas perdre de temps, elles contribuent au bien-être de tous, apporte un peu de bienveillance, font plaisir au bénéficiaire et à nous-même. Peut-être aurez-vous en retour un sourire, un geste saluant de la main, un pouce en l’air – oui c’est souvent arrivé que les gens me fasse un pouce en l’air pour me remercier (j’ai bien vu c’était un pouce, pas un autre doigt 😉) – au début cela m’a étonnée, mais je crois qu’ils n’ont pas l’habitude de ce genre de comportement et qu’ils intensifient le remerciement en disant « top », en tout cas c’est comme ça que je l’interprète. Et même si vous n’en avez pas, peu importe, ce n’est pas pour la récompense que l’on doit être courtois.

Bien sûr il y a de fortes chances que derrière vous, quelqu’un vous klaxonne pour râler, croyant qu’à cause de votre petit geste courtois il va arriver TELLEMENT en retard, mais un jour il sera peut-être de l’autre côté du rond-point, quelqu’un le laissera passer au lieu de s’obstiner à avancer et à boucher encore plus la circulation, et là peut-être… il comprendra, et ne klaxonnera pas la prochaine fois derrière vous et, allez, soyons fous, à l’avenir il laissera peut-être le passage libre au rond-point pour un autre conducteur.